Voici ma deuxième édition de mon multiple top 5 des jeux de société auxquels j'ai pu jouer en 2012. Rappel de ce que j'avais fait pour la précédente édition :

Le top 5 est divisé par catégories en fonction des environnements dans lesquels je peux avoir joué. Ce ne sont pas forcément des jeux sortis en 2013, mais des jeux auxquels j'ai eu l'occasion de jouer en 2013.

En famille

J'ai mis dans cette catégorie dedans ce que je peux proposer en famille, ou bien avec des joueurs occasionnels qui viendraient à passer par là.

Jamaïca, photography by Cássio F. Lemos under Licence CC3.0 Attribution Non Commercial

1. Jamaïca

Premier pour la troisième année consécutive ! Jamaïca reste pour moi la valeur sûre. Facile à expliquer, facile à comprendre. Un jeu qui sort facilement et qui amuse toujours autant.

2. Takenoko

Takenoko n'était pas très loin derrière le top 5 l'année dernière. Il remonte, probablement car je suis allé voir des Pandas cette année... J'ai aussi commencé à comprendre ce jeu qui je jouais de manière très basique au début. Quelques subtilités me sont apparues avec les parties.

L'ambiance est toujours aussi plaisante. Il est un peu plus complexe à expliquer sur un public familial qu'un Jamaïca, mais reste accessible.

3. Strike!

Troisième l'année dernière, troisième cette année. C'était le petit nouveau et il est toujours là. Sorti facilement, règles simples et lancer des dés avec un soupçon (très petit) de tactique, se laisser aller en grande partie par le hasard. On se laisse prendre par l'ambiance, les "oooh" les "aaah", et les "nooooon!" lorsqu'il n'y a plus de dés dans l'arène lorsque viens notre tour.

On enchaîne les parties, les joueurs peuvent tourner. Les enjeux sont faibles du fait de la légèreté du jeu, et tout le monde s'amuse.

4. Qwirkle

Aligner des formes et des couleurs. Marquer des points. Qwirkle a un goût de jeu abstrait à l'ancienne avec un matériel bien joli.

À réserver pour des familles qui ont envie de réfléchir un peu et qui peuvent tenir un jeu qui se complexifie avec les tours qui passent ; du moins si l'on veut continuer à chercher à maximiser les points que rapportent les tuiles que l'on pose afin de soit faire des séries de forme de la même couleur, soit faire des séries de couleurs de la même forme.

5. C'est pas faux

C'est pas faux, c'est amusant. Surtout si les joueurs ne confondent pas le jeu avec un Trivial Pursuit, sinon, ce n'est pas drôle. Heureusement, le format et les illustrations de ce jeu de questions réponses dans lequel il faut parfois répondre juste, parfois répondre faux ; parfois « c'est pas faux ! », lorsque la question est absurde.

Le tout est de prendre le pli sur le geste de révélation de la carte qui indique le type de réponse souhaité. Mine de rien, c'est là qu'il y a le plus de raté. Une fois le pli pris, ce jeu mets une bonne ambiance.

Les sortants

Année riche en événements pour moi, qui ont fait que mon nombre de parties et de jeux différents a drastiquement diminué par rapport à l'année précédente.

Small World, Tobago et Formula Dé sortent donc tout simplement car aucune partie de jouée cette année.

Ça passe vite une année !

Aguérris

Voilà la section du lourd, du gros, ou du léger mais aux thèmes moins faciles. Les jeux de cette catégorie nécessitent d'avoir avec soi des joueurs qui n'ont pas peur de règles parfois touffues, ou de règles simples aux multiples implications.

1775-Rebellion.jpeg

1. 1775: Rebellion

La guerre civile américaine dans un jeu entre le wargame à pion et le jeu de plateau. Plus simple qu'un wargame traditionnel, plus complexe et intéressant qu'un Risk (souvent cité lorsqu'un joueur regarde la table pour tenter d'identifier le jeu).

Les unités des différentes factions, jouables à deux par camps ou à plus en les différenciant sont représentés par des cubes de couleurs. Ces cubes peuvent être déplacés en jouant des cartes dans une main de trois. Les résultats des batailles se font avec des dés spéciaux qui prennent en compte les caractéristiques des différentes factions.

Le jeu est livré avec un scénario d'introduction, ce qui est bien pratique. Cela n'empêchera pas de lire les règles attentivement car des petits détails font toute la différence et les exemples illustrés ne présentent à mon goût pas les cas les plus critiques).

C'est vraiment une belle découverte.

2. Dominion

Dominion, toujours lui, toujours là, aux extensions fluctuantes suivant les parties. Je n'ai d'ailleurs pas eu l'occasion de jouer avec toutes... encore des parties en perspectives.

3. 8 minutes pour un Empire

8 minutes pour un Empire, c'est comme Naissance et Apogée des Empires mais en 8 minutes et juste avec la partie expansion des peuples.

Le tour d'un joueur se résume à l'achat d'une carte sur un marché où le prix dépend de la position, suivant un mécanisme classique. La carte indique la ou les actions possibles ainsi qu'une ressource acquise. Les actions permettent de déplacer ses populations et les ressources permettent en étant cumulées font gagner des points en fin de partie.

L'autre partie des points est gagnée sur des majorités sur les territoires et continents.

C'est vraiment rapide, vraiment tendu et vraiment fun.

4. Trains

Trains, ce sont les cartes de la boite de base de Dominion thématisées ferroviaire mais couplé avec un jeu de placement. En effet, certaines cartes permettent de construire des lignes de chemin de fer, d'étendre les stations... le tout en générant des gravas : des cartes qui encombrent le deck de plus en plus (même s'il y a des moyens de les gérer).

On reproche souvent à Dominion son manque de thématique. Trains réussi sa thématique, mais je le trouve quand même moins succulent qu'un Dominion. Son côté ferroviaire m'attire, forcément, et cela reste une alternative plaisante à jouer.

5. Descendance

Le jeu de placement d'ouvriers dynastiques. Dans Descendance, vous placez les membres de votre famille. Dans les champs, à l'église, partis pour un périple formateur, l'un sera peut-être maire,... ?

Dans Descendance, il ne s'agit pas seulement de placer ses Meeple aux bons endroits, mais de les faire mourir au bon moment. En effet, le temps passe, des enfants naissent et les anciens partent. Et quitte à partir, il faudra les faire partir avec les honneurs, pour que la gloire (et les points vers la victoire) rejaillissent sur la famille.

Descendance fait parti de ces jeux comme Agricola où vous perdez votre première partie avec un gros retard s'il y a à la table quelqu'un qui a déjà une partie à son actif. Mais en milieu de partie, vous commencez à comprendre vos erreurs, et vous vous dites que la prochaine fois, on ne vous y reprendra pas.

Les sortants

Steam, Eclipse, Troyes, Horreur à Arkham,... j'ai donc passé un an sans jouer à ces valeurs sûres ? Mince alors. Vivement que je termine mes travaux !

Avec mon fils

Mon fils à maintenant 6 ans passé. Tout change, comme l'année dernière. En effet, même si des classiques sortent toujours, de nouveaux jeux arrivent et prennent le pas.

1. 1000 et 1 trésors

Dans 1000 et 1 trésors, il s'agit de voler le plus de trésor dans une grotte avant que le voleur (le précédent) ne reviennent et ne vous capture la main dans le sac.

La grotte est représentée par des tuiles qui, sur le principe de Pingouins!, vous font déplacer d'un nombre de case égal au nombre d'objets dessinés sur la tuile. Chaque tuile ramassée (celle que vous quittez) vous amène autant de points que d'objets et est remplacée par une nouvelle.

Sur la nouvelle tuile, la présence de la tête du maître des lieux signifie que celui-ci avance d'un pas vers sa grotte. S'il termine son chemin et découvre des voleurs restés dans sa grotte, ceux-ci ont perdus. Ceux qui se sont enfuis avec leur butin pourront comparer leurs richesses.

1000 et 1 trésors est donc assez similaire à Pingouins, avec un thème qui fonctionne bien, un peu moins de complexité, mais un bon timing à avoir pour savoir sortir au bon moment.

2. Rampage

Rampage, c'est un jeu de grands auquel on peut jouer avec les plus jeunes. Du moins les moins destructeurs d'entre eux. Car s'il faut effectivement, avec adresse, détruire les éléments d'une ville en manipulant son monstre en bois, il s'agit de ne pas le faire n'importe comment. En effet, chaque Meeple éjecté du plateau alimente une piste de pénalités.

Rampage allie réflexion et adresse, aucune des deux composantes de manière très poussée. On s'amuse à casser une ville et manger leurs habitants, pour de faux bien entendu.

Le comptage des points est encore un peu complexe pour 6 ans, car il ne faut pas manger n'importe quel Meeple, les points ne se gagnent que par série complète des six couleurs différentes. Mais peu importe, le but est surtout de s'amuser à faire tomber les immeubles.

3. Tends bien l'oreille!

Tends ben l'oreille est un jeu où l'on joue avec ses oreilles, comme un Igloo Pop. Chaque joueur met un certain nombre de joyaux dans un gobelet et chacun son tour, on doit agiter le contenu du sien. Ensuite, chacun vote pour ce qu'il pense être le nombre total de joyaux dissimulés.

Tout pile ? 3 points. Manqué d'un ? 1 point. Sinon, rien.

Un jeu qui oblige à la concentration et à l'écoute. Et pas si évident.

4. Piratatak

Parfois, un jeu « no brainer » fait sa place dans les jeux les plus joués. Et comme la bataille, c'est trop long, Piratatak, c'est mieux. Les joueurs retournent des cartes d'une pioche commune et essaient de compléter un bateau d'une seule couleur. Mais parfois, tirer un pirate oblige à se défausse de trois cartes. Tirer de l'or permet d'acquérir des morceaux de bateaux conservés par un adversaire. Et un canon permet de se protéger d'un pirate.

Stop ou encore ? Il n'y a pas beaucoup de tactique à avoir sur ce jeu, qui consiste surtout à savoir s'arrêter au bon moment... avec tout de même peu d'éléments à disposition.

Un heureux tirage qui vous laisse avec beaucoup d'éléments de bateau vous donne une belle avance, soit. Mais peu importe, c'est rapide et fun, il y a des pirates.

À noter que ce jeu existe aussi en rose avec des princesses, des châteaux et des sorcières. D'aucuns disent que c'est la version pour les filles, mais en fait, vous faites ce que vous voulez. Si vous préférez les châteaux aux bateaux, n'écoutez pas les « on dit » et choisissez le rose.

5. Cache Mouton

Dans Cache Mouton, les joueurs revivent l'histoire du loup et des 7 chevreaux... sauf que ce sont des moutons. Un joueur joue le loup (avec une marionnette de loup) et les autres joueurs cachent les moutons sous ou derrières des éléments en carton d'une maison. Le loup, après avoir fini de compter, vient dans la maison et gare aux moutons découverts !

Cela doit faire trois ans maintenant que nous jouons toujours avec autant de délices à Cache Mouton. Peut-être même avec de plus en plus de délice maintenant que mon fils se formalise moins d'une perte de mouton en bois.

Les sortants

Ils sont toujours là, toujours joués, mais comme je le disais, le top change souvent. Il y a des périodes pour chaque jeu.

À deux

Dans cette catégorie, on trouve des jeux qui sont de la catégorie aguerris, mais qui sont spécialisés sur le jeu à deux (ou qui fonctionnent très bien dans cette configuration).

1. Yôkaï no Mori

Du Shogi facile ! Avec la version Dobutsu No Mori et une version un peu plus complexe disponibles. Très bien édité, matériel agréable. Vous avez du voir sur ce blog l'intérêt que je porte à ce jeu. Pas qu'en étude informatique, mais aussi car j'aime bien ce jeu.

2. Dominion

À deux, la configuration est différente qu'à plusieurs. Plus tendu, plus contrôlable. Encore mieux.

Dominion, c'est bien, c'est tout.

3. Summoner Wars

Summoner Wars, le jeu de figurines sans figurine, et avec des cases. Oui, bon, c'est un peu confus. Mais c'est un peu ça. On y retrouve la sensation d'un jeu de batailles avec figurines, mais sur un plateau quadrillé avec des cartes.

Très tactique, très bien équilibré, assez joli. En plus, jusqu'à maintenant, ça ne prenait pas de place. Mais le Master Set vient de sortir en France...

4. Magic: The Gathering

J'ai continué cette année sur ma lancée de l'année dernière. J'ai cependant, fait une pause en début de Théros, du à beaucoup de travail, ce qui n'est pas très compatible avec Magic, qui reste un jeu qui demande à jouer beaucoup de parties.

5. Can't Stop

Un classique toujours présent. C'est simple à sortir, et c'est un jeu que je préfère à deux plutôt qu'à plusieurs. À plusieurs, l'attente de son tour peut être long, trop long et s'intéresser aux choix de tous les joueurs n'est pas très intéressant.

À deux, la concurrence est rude et le suspens, les tentatives d'influence de l'autre, en font un jeu rapide mais haletant.

Les sortants

A Few Acres of Snow. Tout simplement pas joué cette année. Comme Steam, comment ai-je pu passer une année sans jouer à ce jeu ? Zut.

Bonbons est sympa, mais n'arrive pas dans le top 5 cette année.

Seul

Je n'ai pas joué à des jeux de type solitaire cette année. Alors... pas de top.