(ce billet est aussi posté sur Triceraprog)

Quand je vois passer des mentions du langage LOGO, elles sont généralement peu flatteuses. C'est compréhensible, la plupart des personnes qui se souviennent de ce langage de programmation y ont été exposées pendant leurs jeunes années d'études, lors du Plan Informatique pour Tous. Peu sont ceux qui ont creusé plus tard ce qu'ils avaient découverts au moyen d'ordinateurs poussifs et de cours pas toujours maîtrisés par des enseignants pas toujours bien convaincus.

Mes quelques souvenirs de séances en salle informatiques sont plutôt sur des activités de manipulation du crayon optique sur « Colorpaint ». Je ne sais plus si j'ai fait du LOGO en classe, mais c'est probable. Je me souviens cependant avec netteté la rencontre avec un professeur, lors de la fréquentation d'un « club informatique » pendant des vacances, qui pour une raison ou une autre (mon intérêt enthousiaste à la programmation ?) m'a donné quelques cours de LOGO. Et lors d'une conversation dans laquelle j'avais du mentionner que je programmais en BASIC, il m'a dit cette phrase qui est restée gravée dans ma mémoire « le LOGO est bien plus puissant que le BASIC ».

Je me souviens que cette phrase m'avait intriguée, mais pas forcément convaincue. Et de retour chez moi, j'ai continué mes aventures en BASIC. J'ai croisé LOGO quelques autres fois, de loin, sans m'y attarder.

Ce n'est que beaucoup plus tard, quand j'ai commencé à faire de la programmation mon métier, que j'ai repensé à cette phrase. J'ai regardé ce qu'était LOGO de manière plus expérimentée et j'ai compris. J'ai compris la justesse de l'assertion. LOGO était bien autrement plus puissant que le BASIC. Mais d'une manière que je ne pouvais pas comprendre auparavant.

C'est que la notion de « puissance » appliquée à un langage, ainsi qu'à son environnement, revêt de nombreux aspects. Cela peut être la vitesse d'exécution du programme, la facilité d'écriture, les possibilités d'interactivité avec la machine, la diversité des structures de code et de données.

Sur des ordinateurs 8 bits, la vitesse d'exécution du BASIC l'emporte haut la main, même sur des BASIC interprétés comme ils l'étaient en majorité.

Sur la facilité d'écriture, le BASIC est aussi très simple. C'était son but initial. LOGO n'est pas particulièrement complexe à écrire, mais comporte quelques étrangetés syntaxiques et pièges dont je parlerai dans un autre article. Et LOGO est aussi un peu plus verbeux.

En possibilité d'interaction avec la machine, BASIC l'emporte probablement. Tous les LOGO ne se valent pas, mais l'orientation pédagogique sur les machines 8 bits poussaient les concepteurs à offrir essentiellement des manipulations de l'écran via la tortue, et quelques sons. BASIC, en tant que porte d'entrée de la machine, était souvent dotés des instructions nécessaires pour en démontrer ses capacités. Avec de notables exceptions cependant, mais ceci est une autre histoire.

Vient ensuite la structure de code et de données. Et c'est là que LOGO renverse BASIC d'une pichenette. Le BASIC de l'époque est très linéaire, son édition se fait encore par numéro de lignes, sans labels. La structuration est possible bien entendu, mais les outils sont maigres. Niveau structure de donnée, le BASIC connaît le tableau multidimensionnel de taille fixe... et c'est tout.

LOGO arrive avec ses fonctions qui supportent la récursivité, avec des contextes locaux, un nommage des procédures et une édition sans numéro de lignes, qui facilite les mises au point.

Côté données, LOGO connaît la liste. Et avec une liste dynamique, de nouveaux horizons s'étendent. Des listes de nombres, des listes de mots, des listes de listes, des listes de commandes à exécuter...

L'expressivité du langage est beaucoup plus intéressante, et les programmes plus concis, plus clairs. C'est en ce sens que LOGO était bien plus puissant.

Mais tout ceci nécessite de la puissance de calcul et de la mémoire que les machines familiales de l'époque n'ont pas. Et cette malheureuse empreinte qui va rester principalement : on ne fait rien de bien sérieux avec LOGO.

Pour donner un petit aperçu de LOGO et de son évolution, j'ai réalisé une petite vidéo (moins de 10 minutes) que vous pouvez voir ici.